Hier nous avons construit un plan pour réaliser chacun des objectifs que nous nous sommes fixés. Ces plans constituent le socle d’une bonne utilisation de notre argent : ils ne nous guident pas seulement vers un but, mais ils sont aussi utiles pour nous rappeler que nous dévions de la route à suivre si nous agissons contrairement au plan.

Maintenant que le plan général est en place, nous devons examiner nos finances plus en profondeur.

La première étape est de déterminer quels sont vos revenus réellement disponibles. Cela fournira la base de notre futur budget.

Combien gagnez vous réellement ?

Comme précédemment, prenez une feuille de papier. En haut de cette feuille inscrivez votre (ou vos) salaires. Ensuite dressez la liste des frais supplémentaires engendrés par votre emploi. Combien coûte le trajet ? Combien coûte le repas si vous n’apportez pas votre nourriture de chez vous ? Combien coûtent les vêtements que vous devez mettre au travail ? Que dépensez-vous pour sortir avec des collègues de travail ? Pour offrir des petits cadeaux ? Pour une voiture plus classe, un bijou ou d’autres objets qui améliorent votre « image professionnelle » ? Et la garde des enfants ? Toutes ces dépenses liées à votre travail. Faites en simplement la liste ; pour l’instant ne vous souciez pas de la somme.

A présent pour chaque élément de votre liste, calculez combien tout cela vous coûte par an. D’abord déterminez combien de jours par an vous travaillez (c’est utile pour le calcul des frais automobiles par exemple), ensuite déterminez la longueur de votre trajet quotidien. Multipliez l’un par l’autre et vous avez une estimation du kilométrage effectué avec votre voiture.

Par exemple, je roule environ 10 000 km par an pour me rendre au travail, ce qui fait environ 1 200 euros d’essence par an (vous pouvez utiliser l'outil de comparaison des prix des carburants du gouvernement). J’ajoute au calcul la moitié de cette somme pour l’entretien et une partie de l’assurance. Ce qui fait 600 euros supplémentaires. Il y a ensuite la crèche pour 2 000 euros, crédit d’impôts compris. J’achète environ pour 400 euros de vêtements en plus pour le travail, et je mange au restaurant avec des collègues environ une fois par semaine, ce qui fait encore environ 800 euros (environ 15 euros par repas). Je participe enfin aux cadeaux de départs, aux pots, aux quêtes pour les mariages, naissances, etc. à hauteur d’environ 100 euros par an.

Vos calculs seront sans doute différents, mais le principe est là.

Une fois que vous avez déterminé les sommes annuelles de chaque élément de la liste, soustrayez-les de votre salaire. Cela risque d’être assez douloureux, surtout si vous occupez un poste de bureau à hauteur du SMIC. Le montant que vous obtenez est votre véritable salaire annuel, celui que vous ramenez chez vous et que vous allez pouvoir dépensez ou épargner. Nous partons du salaire après impôts car les dépenses que nous venons de calculer sont faites sur votre salaire net.

Un salarié peut penser gagner 24 000 euros par an, mais quand il examine son revenu réel, après impôts et après dépenses liées au travail, le résultat est généralement nettement moins satisfaisant. Il s’agit néanmoins de ses revenus réels. Ignorer ces frais est souvent à l’origine d’une situation financière déplorable.

Dans mon cas je suis contraint de soustraire environ 7 000 euros annuels à mon revenu officiel, et c’est bien évidemment sur cette base que je dois construire mon budget.

Ce calcul permet également de déterminer quel poste se révèle le plus intéressant financièrement, et ce n’est pas forcément le poste le mieux payé. Si le poste mieux payé (et donc plus imposé), m’oblige à rouler 20 km de plus par jour ou à laisser mes enfants 1 heure de plus à la crèche, d’un point de vue strictement financier je dois impérativement prendre en compte ces données avant de me décider. Je dois également prendre en compte les éventuels changements de tranches concernant l'impôt sur le revenu ou la perte d'allocations liées à un meilleur salaire.

Outre l'aspect financier, il est important de déterminer le temps que nous passons réellement à travailler pour recevoir notre salaire, ce sera l'objet de l'exercice de demain.