Aujourd'hui nous allons quantifier ce nouvel équilibre recettes-dépenses et les marges de manœuvres dégagées. L'approche que nous avons privilégiée jusqu'ici est de rapporter toute recette ou toute dépense au nombre d'heures de travail qu'elle représente. Continuons dans cette voie : divisez le montant de chaque dépense par le salaire horaire réel que vous avez calculé la semaine passée. C’est le nombre d’heures que vous passez à travailler chaque semaine ou chaque mois pour payer cette dépense.

Personnellement, cet exercice m’a vraiment ouvert les yeux. J’ai découvert pas mal de secteurs où j’avais presque honte de ce que je faisais – comme travailler presque 11 heures par semaine pour mes dépenses loisirs. Je travaillais dur chaque semaine pour quelques CDs, un abonnement cinéma plus quelques magazines alors que j’aurais pu passer ce temps à travailler pour des choses plus importantes, des choses qui comptent vraiment dans ma vie.

Une fois toutes ces sommes en euros converties en heures, faites le total. A moins d’avoir des problèmes de dépenses importants, ce total devrait être inférieur au total d’heures que vous passez à travailler dans une semaine donnée. Idéalement, nous l'avons déjà dit, vous devriez, pour les dépenses du quotidien, travailler autour de 60% des heures totales d'un semaine (dans mon cas cela représente aujourd'hui aux alentours de 55%, mais la première fois que j'ai effectué ce test j’arrivais péniblement à 92%).

Pas d'inquiétude cependant quant à ce résultat : tant qu'il ne dépasse pas 95% vous ne devez pas trop vous en faire, avec le temps nous améliorerons ce résultat. Bien sûr, si vous dépassez les 100%, c'est que vous dépensez plus que ce vous gagnez. Vous devez alors faire faire des coupes dans vos dépenses ou alors vous n’arriverez jamais à progresser car vos dépenses augmenteront fatalement en même temps que vos revenus.

À ce point, il est utile de faire un véritable bilan.

Qu'avons nous fait jusqu'ici ?

1. Nous avons établi des objectifs qui vont nous donner la motivation pour remettre de l'ordre dans nos finances.
2. Nous avons évalué avec précisions nos recettes. Nous avons cessé de nous mentir en évaluant notre salaire horaire réel. Nous savons maintenant ce dont nous disposons réellement
3. Nous avons évalué honnêtement nos dépenses.
4. Nous avons cherché des pistes pour les diminuer et nous avons estimé le montant de cette diminution. Après avoir fait la différence entre nos recettes et nos dépenses, nous obtenons une somme, un pourcentage de nos revenus, que nous allons dédier à la réalisation de nos objectifs.

La réalisation de nos objectifs financiers grâce à l'argent économisé

Qu’est-ce que je fais si je me retrouve avec seulement 10% ? Comment « construire mes rêves » avec ça ? Tout d’abord, même une petite somme d’argent peut vous permettre de démarrer, et grâce aux intérêts composés, on peut même arriver à un beau résultat avec le temps. Deuxièmement, ce processus d’évaluation n’est pas un processus que l’on ne fait qu’une seule fois. Il est judicieux d'actualiser le calcul une fois par an, juste pour réévaluer où vous en êtes et où vous allez. Une fois que vous êtes lancé et que vous voyez les choses se construire pour réaliser vos objectif, le sentiment de réussite éprouvé est souvent si gratifiant que l’on trouve d’autres secteurs où les économies sont possibles – vous réglez des dettes, vous supprimez des achats non essentiels, etc.

Demain nous verrons ce qu’il faut faire du pourcentage de nos revenus que nous avons héroïquement réussi à économiser.