évolution de l'assurance vie en 2012Face au Livret A en excellente forme, l'assurance-vie fait grise mine depuis plusieurs mois. Toujours plus de retraits pour moins de collecte, l'assurance-vie n'est plus vraiment aujourd'hui le produit d'épargne phare des Français. Selon les derniers chiffres publiés par l'Association française de l'assurance, en avril dernier, les supports d'assurance-vie ont enregistré la huitième décollecte nette sur les neuf derniers mois.

L'Afa note toutefois un retour à l'équilibre pour avril avec une perte moindre que les mois précédents (environ 100 millions de décollecte seulement par rapport à avril 2011). Si les indicateurs ne sont pas encore vraiment au vert, cette stabilisation dans la chute vertigineuse des versements pour le mois d'avril redonne du baume au cœur des assureurs. En effet, après le recul catastrophique des versements en mars 2012 (- 23 % par rapport à la même période en 2011), le recul de 14,5 % sur un an en avril sonne comme un répit dans la tourmente. Ce moindre recul des versements ne veut pourtant pas dire que l'embellie est proche.

Au contraire même, puisque les Français ont massivement opéré des retraits (en hausse de 10,4 % en avril contre + 9,3 % en mars). Globalement, le tableau reste donc contrasté. Le total des sommes placées en assurance-vie en France a en effet légèrement diminué à 1 375,6 milliards d'euros fin avril, contre 1 379 milliards fin mars. Le désamour des Français pour l'assurance-vie qui a débuté au second semestre 2011 s'explique principalement par la dégradation des conditions économiques de ces derniers mois. Les Français incertains sur leur avenir préfèrent clairement les produits d'épargne de court terme comme le Livret A plutôt qu'un pécule bloqué pendant des années sur un contrat d'assurance-vie. L'attentisme des épargnants en période d'élection présidentielle explique aussi largement la baisse d'intérêt pour l'assurance-vie en ce début d'année.