baisse des prix de l'immobilier en 2013 ?Alors que les taux de crédits immobiliers n'ont jamais été aussi bas (3,23 % en décembre 2012 selon l'Observatoire Crédit Logement / CSA), le marché de l'immobilier piétine. Globalement, selon la FNAIM, le nombre des transactions de logements anciens en France a chuté en 2012 de 18,6 % par rapport à 2011.

La cause de cette atonie ? Les prix bien sûr, jugés bien trop élevés par les acheteurs ! Et en effet, si l'on se fie au bilan annuel du réseau d'agences immobilières Century21, le parc immobilier parisien s'est renchérit de 1,5 % en 2012, atteignant un prix moyen de 8 518 euros/m². En province par contre, le mouvement de décrue des prix est en marche selon Century21, avec une baisse enregistrée d'en moyenne 5 % (3 484 €/m² pour un appartement et 2 068 €/m² pour une maison). En moyenne donc sur la France entière, les prix au m² ont reculé de 1,9 % sur un an à 2 614 euros. Un bon début jugé toutefois insuffisant par les professionnels pour débloquer le marché.

Ainsi, dans une récente conférence de presse, Bernard Cadeau, président du Groupe Orpi, n'a pas caché que sans une baisse massive des prix comprise entre 5 et 15 % de la part des 2/3 des propriétaires, le marché restera bloqué. « Je ne peux me résigner à être spectateur d'un marché qui se contracte, même si une baisse des prix ne résoudra pas le problème de la pénurie de logements évaluée à un million ». Clairement, les propriétaires devront baissés leurs prétentions pour espérer vendre. Cette baisse attendue et réclamée par Orpi serait « retour au juste prix de marché de la part des vendeurs » et non pas une braderie...