impotsSelon les calculs de l'institut Molinari, les Français travaillent du 1er janvier au 26 juillet pour s'acquitter des charges salariales et autres taxes et impôts dont ils sont redevables. Passé le 26 juillet, les revenus perçus correspondent au vrai pouvoir d'achat. Dans le détail, un salarié français devra percevoir 230 euros pour disposer de 100 euros de pouvoir d’achat réel en 2013.

Le décompte réalisé par l'Institut Molinari s'établit comme suit : Sur 230 euros de revenus, les charges patronales prélèvent 76 euros, les charges salariales 38 euros, l’impôt sur le revenu 9 euros et la TVA 7 euros. A titre de comparaison, chez nos voisins européens, il faut 252 euros pour 100 euros de pouvoir d'achat réel pour les salariés belges, 213 euros pour les allemands, 180 euros pour les espagnols et 125 euros pour les chypriotes. « En 2013, l'employeur moyen de l'UE devra débourser 186 € pour que son salarié puisse disposer de 100 € de pouvoir d'achat réel,tout en s'acquittant de 86 € de charges et d'impôts ».

L'étude de l'Institut Molinari note que les salariés français sont parmi les mieux payés de l'Union Européenne (5e place devant l'Allemagne), avec un salaire de 53 647 euros en moyenne avant charge. En déduisant les charges, l'impôt sur le revenu et la TVA, soit 30 371 euros, les Français disposent au final de 23 276 euros de pouvoir d’achat réel, ce qui les placent en 9e position en Europe, loin derrière le Luxembourg (34 510 euros), la Suède (30 235 euros), le Royaume-Uni (29 768 euros), les allemands (24 652 euros), mais largement devant les espagnols (18 201 euros) ou encore les Portugais (12 580 euros), ou les Polonais (6 266 euros).