prêt sur gage au Crédit municipal de ParisQuand la crise s'éternise, que les bas de laine sont vides et que les fins de mois deviennent difficiles, la solution de mettre en gage ses objets de valeur pour en retirer quelques sous s'impose. Dernières extrémités avant la vente pure et simple, le prêt sur gage permet d'accéder à des prêts correspondant à peu près à la moitié de la valeur des objets mis en gage. Le particulier reste propriétaire de ses objets et peut à tout moment les récupérer s'il a les moyens de rembourser le prêt octroyé.

Si le principe est vieux comme Hérode, il regagne du galon actuellement en ces temps de crise. Et le Crédit Municipal, autrement appelé Ma tante, est là pour l'attester : « Le nombre des dépôts en gages est le plus élevé observé depuis 1970 ». Au premier trimestre 2012, les prêts accordés ont fait un bond de + 73 % en valeur et + 37 % en nombre par rapport au 1er trimestre 2011. Cette situation est d'autant plus préoccupante que déjà en 2011 le montant des prêts accordés par le Crédit Municipal de Paris a augmenté de 53 %, passant en un an de 50 millions, à plus de 76 millions d'euros. Et le nombre de ces prêts s'est accru de 24 %.

Ces quelques chiffres attestent d'un vrai malaise et d'une crise profonde. « Depuis le début de la crise, le montant des engagements au Crédit Municipal de Paris a ainsi été multiplié par 2,5 et leur nombre s'est accru de près de 50 %. » Si comme le souligne Ma tante, « la plupart des objets seront récupérés par leurs propriétaires, même si la durée moyenne des dépôts dépasse deux ans », le Crédit Municipal atteint toutefois des records puisqu'il détient actuellement en dépôt plus de 1 millions d'objets, dont la valeur estimée dépasse 215 millions d'euros.