impôt barème kilométriqueA l'heure du calcul de l'impôt sur le revenu, beaucoup de contribuables dégrèvent de la note finale le montant réel de leurs frais de déplacements. Si ces derniers dépassent le montant de la déduction forfaitaire de 10 % pour dépenses professionnelles, le contribuable a le choix entre déduire les dépenses engagées en gardant les justificatifs, ou utiliser un barème kilométrique dont le montant est lié à la cylindrée de la voiture.

Ces pratiques étaient jusqu'alors avantageuses pour les possesseurs de grosses cylindrées puisqu'elles permettaient de pouvoir faire grimper la déduction jusqu'à 13 chevaux. Pour le calcul de l'impôt 2013 sur les revenus 2012, les choses changent. Le nouveau barème kilométrique publié par l'administration fiscale est désormais bridé à 7 chevaux au lieu de 13 auparavant. Et ce plafonnement à 7 CV est effectif que l'on utilise ou non le barème. En d'autres termes, les contribuables qui jusqu'alors pouvaient déduire sans limitation de cylindrée ou presque les frais jusqu'à hauteur des dépenses engagées vont en être de leurs poches.

De même pour les utilisateurs du barème kilométrique. Et si la déduction est moindre, le revenu global en fin de course sera automatiquement plus élevé, ce qui aura pour effet chez de nombreux contribuables en limite de tranche, une augmentation d'impôts qui pourra être conséquente. Sachant que ce barème concerne le calcul sur les revenus imposables de 2012, l'effet est donc rétroactif. Un vrai souci pour les professions libérales et notamment les professionnels de santé qui totalisent un nombre impressionnants de kilomètres et qui n'ont pas forcément conservés les justificatifs de toute l'année passée !