Salaire : serez-vous augmenté en 2023 ?

Selon une enquête réalisée par le cabinet People base CBM en octobre dernier auprès d’un panel de 644 entreprises relevant de tous les secteurs d’activités, de fortes augmentations de salaire sont prévues pour l’année prochaine. Pour quel montant ? Qui sera concerné ?

Des augmentations parmi les plus fortes depuis 10 ans

Alors que les prix ont flambé de +6,2 % depuis 1 an, les entreprises sont moins nombreuses à prendre en compte le taux de l’inflation (88 % en 2022 contre 90 % en 2021). Cependant, elles prévoient néanmoins de verser à leur salariés une augmentation de +4,05 %  en moyenne du fait de la pression syndicale, d’une attente plutôt forte des salariés et d’un marché de l’emploi tendu. Du jamais vu depuis 10 ans. 

Cette étude du cabinet People Base CBM recoupe celle du cabinet Deloitte qui précise quant à elle le public visé : + 4 % pour les cadres et + 3,9 % pour les non-cadres. En revanche, ces chiffres sont à pondérer selon le secteur d’activité. Si la prévision de 4 % reste valable dans le secteur de l’industrie, de l’automobile ou de la santé, les salariés du secteur public seront moins bien dotés avec +2,7 % seulement d’augmentation. Dans certains métiers, précise l’étude, « la guerre des talents passera par le salaire ». Les DRH attireront les candidats ou inciteront leurs salariés à rester dans l’entreprise par ce moyen. 

Sur 365euros :  Prime de Noël 2022 : qui la touchera cette année?

Une tendance à l’individualisation

Si les entreprises prévoient pour 57,9 % d’entre elles des augmentations générales, les sociétés préfèrent les augmentations individuelles et seulement 55,6 % de leurs salariés en ont bénéficié en 2022. En revanche, le taux moyen des augmentations est supérieur (+4,25%). Il n’était que de +2,29 % en 2021. 

Des revalorisations sous forme de prime

En 2022, 29 % des entreprises ont préféré verser à leurs salariés une revalorisation de salaire sous forme de prime ponctuelle grâce à la mise en place de la prime Macron entièrement défiscalisée. Celle-ci est désormais remplacée par la Prime de Partage de Valeur (PPV). Ce dispositif permet à chaque entreprise de la reconduire chaque année. Elle peut être versée aussi bien aux salariés du secteur privé (y compris les intérimaires) qu’aux agents publics de l’état. Seuls les salariés dont le salaire ne dépassent pas le plafond fixé par l’accord d’entreprise pourront la percevoir. Si le versement est prévu en plusieurs fois (au maximum une fois par trimestre), le solde devra être payé au plus tard le 31 décembre de l’année en cours.  En 2023, 48 % des entreprises comptent la verser. Elle s’élèverait en moyenne à 500€ pour les cadres et à 875€ pour les non cadres. 

Sur 365euros :  Inflation : qui est concerné par les revalorisations ?

Publié le 15 novembre 2022 par Benoit Bernanque – Dernière modification le 15 novembre 2022