Etudiants et pouvoir d’achat : des aides ciblées pour les études supérieures en 2023

Dans un contexte d’inflation, les étudiants les plus modestes, boursiers et non boursiers, peuvent bénéficier d’aides spécifiques pour faire face à leurs difficultés financières. Certaines sont à demander très vite, avant la fin du mois de novembre.

Aide de la CAF : entre 500 et 750€

L’aide versée par la CAF s’élève entre 500 et 700€ selon le quotient familial du foyer fiscal. celui-ci doit être inférieur à 1000€ en juin. Les étudiants ou leurs parents allocataires de la CAF dont le quotient familial est compris entre 0 et 500€ toucheront en une seule fois 750€, entre 500 et 1000€ le montant s’élève à 500€.

Pour l’obtenir, l’étudiant doit être âgé de moins de 21 ans au 15 septembre de cette année et poursuivre des études supérieures (Bac + 1 à Bac +3). Il doit être assidu en cours, aux travaux pratiques et aux travaux dirigés. Le redoublement ou la réorientation ne sont pas acceptés. L’aide n’est pas cumulable avec la bourse aux apprentis. Les revenus salariés perçus par l’étudiant doivent rester inférieurs à 55 % du Smic.

Sur 365euros :  Chèque énergie, prime inflation : jusqu’à 200€ pour faire face à ses dépenses

Une date limite pour la demander

Les étudiants ou les parents allocataires ont jusqu’au 30 novembre 2022 pour la demander à leur CAF.  Le dossier doit réunir un certificat de scolarité et une attestation de sécurité sociale. Des attestations d’assiduité pourront être réclamées ensuite.

Aide exceptionnelle de 100€ pour les étudiants boursiers

Les étudiants titulaires d’une bourse d’enseignement supérieur au titre du mois de septembre 2022 ou d’une aide accordée par le CROUS ou la Région dans le cadre des formations sanitaires et sociales, ont droit à une aide exceptionnelle de 100€ + 50€ par enfant. Elle est directement versée par les organismes ci-dessus.  

Deux aides d’urgence pour les étudiants non boursiers

Deux aides d’urgence, ponctuelle ou annuelle, peuvent être accordées sous conditions aux étudiants les plus en difficulté et qui n’ont pas eu droit à une bourse délivrée sur critères sociaux. Elles sont versées par le CROUS grâce à un fonds national d’aide d’urgence.

L’aide d’urgence ponctuelle

Le montant de cette aide versée en une seule fois peut atteindre 2701€ (équivalent de l’échelon 2 d’une bourse de l’enseignement supérieur). Pour l’obtenir, l’étudiant doit s’adresser à son CROUS, être âgé de moins de 35 ans au 1erseptembre de l’année en cours et ne pas être en situation de handicap (reconnu par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées).

Sur 365euros :  Inflation : quelles répercussions sur les loyers ?

L’aide d’urgence annuelle

Si les difficultés financières de l’étudiant sont durables, il peut prétendre à l’aide annuelle. Elle est  versée sur 10 mois. Le montant total est plafonné à 5612€. Son attribution ouvre droit à l’exonération des frais d’inscription à l’université et des frais de sécurité sociale. Le dossier social de l’étudiant demandeur doit être déposé au CROUS.

Cette aide n’est pas cumulable avec le RSA ou des allocations de chômage.

Conditions à réunir :

  • Les revenus sont plafonnés à 3933,28€ sur les 12 derniers mois.
  •  être français ou citoyen d’un pays de l’espace économique européen,
  • être en situation de rupture familiale ou élevé par un membre de sa famille sans décision judiciaire ou être fiscalement indépendant sans soutien de ses parents.

Publié le 6 décembre 2022 par Benoit Bernanque – Dernière modification le 6 décembre 2022