Immobilier : les prix grimpent toujours !

Malgré la hausse des taux d’intérêt, le prix de l’immobilier en France a continué d’augmenter (+8% sur l’année 2022). Les spécialistes augurent cependant un ralentissement pour 2023 mais pas de baisse des prix, sauf exceptions.

Le palmarès des villes en hausse

Toulon, Montpellier, Antibes, Marseille, Nîmes ou le Mans qui avaient la cote auprès des Français depuis quelques années, ont vu leur prix dépasser les 10% d’augmentation cette année. Dax et Vannes enregistrent également presque 20% de hausse. Face à ces prix, le marché de l’immobilier voit le nombre de ses transactions baisser localement. C’est le cas à Bordeaux par exemple où les compromis de vente ont chuté de 33% par rapport à l’année précédente, ou encore à Reims (-8%) et à Vannes (-19%) dans des proportions toutefois moins élevées. Le contexte de l’inflation et de la remontée des taux d’intérêt mais aussi les contraintes sur la rénovation des biens expliqueraient ce ralentissement. Pour les acheteurs les moins frileux, la bonne nouvelle est que la marge de négociation est aujourd’hui plus importante, de l’ordre de 4%, parfois davantage lorsque les vendeurs sont trop gourmands.

Sur 365euros :  Immobilier : où est-il encore intéressant d'acheter en France ?

En revanche, malgré la hausse des prix, certaines villes manifestent un certain dynamisme. Ainsi, le nombre de signature a progressé de +41% à Grenoble alors que les prix y ont bondi de + 14%. Même situation à Valence et à Perpignan. 

Il reste cependant des villes où trouver un bien confortable pour loger sa famille à moins 350.000€. C’est le cas à Caen, Lorient, Metz, Pau, Rodez, Brest, Orléans ou Dijon, entre autres.

Perspectives pour 2023

Selon Meilleurs Agents, et dans l’hypothèse où l’inflation resterait élevée l’année prochaine avec une baisse des souscriptions de crédits de -20%, les prix devraient tout de même ralentir leur progression. Ainsi, le prix des terrains n’augmenterait que de +3% et le prix des logements situés dans les 10 plus grandes villes de +1%.Dans les 50 plus grandes villes, la hausse atteindrait +3%. Quelques exceptions toutefois à Paris, Lyon, Villeurbanne, Bordeaux, Toulouse et Nantes où les prix seront à la baisse (entre -1 et -3%). En revanche, les zones rurales ne seront pas épargnées avec + 5% de hausse.

Sur 365euros :  Passoires thermiques : les ventes s’accélèrent avant 2023

Pas ou peu d’impact sur le taux d’effort des Français

La hausse des prix n’impactent pas le taux moyen d’effort des ménages français, qui se situe majoritairement en-dessous de 35% dans près de 70% des grandes villes. Même avec une remontée des taux significative (+2.75%), ce taux d’effort se maintiendrait dans 30 à 60% des grandes villes en 2023. Toujours selon Meilleurs Agents, le volume des transactions avoisinerait le chiffre de 950 000 sur les 12 prochains mois à condition toutefois que la situation géopolitique ou la crise énergétique ne s’aggravent pas. 

Publié le 12 octobre 2022 par Benoit Bernanque – Dernière modification le 12 octobre 2022