Inflation : quels sont les assureurs qui gèlent leur tarifs ?

Alors que la loi Lemoine est entrée en vigueur le 1er juin dernier, Le Banque Postale et CNP Assurances décident de geler les tarifs de l’assurance de prêt de base. Pourtant, avec la suppression du questionnaire de santé sous conditions de montant et d’âge et le droit à l’oubli, il y avait potentiellement un risque de surprime.

Une mesure en faveur du pouvoir d’achat

En décidant de geler les tarifs de l’assurance de prêt standard et de supprimer de surcroît les surprimes Aéras de niveau 2 (risque aggravé de santé après analyse du questionnaire de santé) à compter du 1er juin 2022, la Banque Postale et CNP Assurances donnent un signal fort aux emprunteurs dans un contexte d’inflation galopante. Ils tendent aussi à souligner l’intérêt de la mutualisation des risques et le principe de solidarité qui les animent. La suppression du questionnaire de santé aurait dû provoquer l’effet inverse puisque l’assureur ne dispose plus de ce moyen d’évaluer précisément le risque couvert.

Retour sur la loi Lemoine

Promulguée en février dernier, cette loi promeut un accès plus juste au crédit et donc à l’assurance emprunteur. Plus souple, elle autorise désormais la résiliation de son assurance de prêt à tout moment et sans frais. Elle oblige également l’assureur à une plus grande transparence par la transmission d’une fiche d’information annuelle à l’assuré. En outre, elle impose l’affichage du montant de la prime en euros sur une période de 8 ans minimum. Enfin, le questionnaire de santé est supprimé pour tous les emprunts en-dessous de 200.000€ (400.000€ pour un couple assuré à 50/50) si la dernière échéance de prêt est réglée avant les 60 ans du ou des souscripteurs. Dernière mesure phare de la loi : le souscripteur bénéficie du droit à l’oubli dès lors qu’il est guéri d’un cancer ou d’une hépatite C depuis 5 ans (contre 10 ans auparavant). 

Sur 365euros :  Faut-il assurer sa trottinette électrique (et où ) ?

Combien coûte une assurance de prêt ?

La tarification prend en compte trois paramètres : l’âge de l’assuré, son état de santé et sa situation professionnelle. A cela s’ajoute d’autres critères : le montant du prêt à assurer, la durée de remboursement et le niveau de couverture. Seules les garanties décès et invalidité sont obligatoires. Ainsi, un sénior paiera plus cher qu’un jeune emprunteur. Mais il faut savoir aussi qu’une assurance de groupe est également plus onéreuse qu’une assurance en délégation (souscrite auprès d’une assurance indépendant de la banque ou de l’organisme de prêt). On peut établir le prix moyen d’un contrat de groupe à environ 0.25% du capital emprunté sur 20 ans pour les moins de 25 ans et à 0.45% pour les plus de 45 ans. Les assurances de prêt en délégation coûtent 20 points de moins.

Sur 365euros :  Assurance voyage : êtes-vous couvert pour partir en vacances ?

Bon à savoir : les cotisations sont calculées de deux manières : sur le capital emprunté ou sur le capital restant dû. La méthode choisie à un impact financier certain sur le coût du crédit. Si l’emprunteur a pour objectif de rembourser d’une manière anticipé partiellement ou totalement son prêt, le calcul sur le capital restant dû lui est plus favorable.

Publié le 13 juillet 2022 par Benoit Bernanque – Dernière modification le 13 juillet 2022