5 conséquences de l’inflation pour le porte-monnaie des Français d’ici fin 2022

La BCE vient de relever ses taux directeurs de 0.75% dans le but de freiner l’inflation qui devrait atteindre 8% dans la zone euro d’ici la fin de l’année. Si l’objectif est de réduire la demande en augmentant le coût de l’argent et ainsi arriver à stabiliser les prix, les effets ne seront perceptibles que sur le long terme. En attendant, voici ce à quoi doivent s’attendre les Français d’ici la fin de l’année. 

1)   La flambée des prix alimentaires

Si les ménages ont bénéficié du bouclier tarifaire et des remises à la pompe pour l’énergie, cela n’a pas été le cas des entreprises. Les coûts de production ont donc considérablement augmenté du fait du conflit avec l’Ukraine et ils vont se répercuter sur le coût des denrées alimentaires en fin d’année. Tous les produits seront touchés, frais et non-frais. Une augmentation de près de 12% sur l’année est ainsi attendue en décembre selon l’INSEE. Ils avaient déjà augmenté en août de + 7.7%. 

Sur 365euros :  Prestations sociales : tout ce qui change au 1er avril 2022

2)   L’augmentation des taux d’intérêts immobiliers

La hausse des taux directeurs va se répercuter sur le taux des crédits immobiliers. Selon les experts, ils atteindraient entre 2 et 3% d’ici la fin de l’année. Parallèlement, les conditions de prêts seront encore plus contraignantes. Les candidats à la propriété verront donc leur pouvoir d’achat immobilier baisser, d’autant que le prix de l’immobilier est élevé. Si l’on en croit la BCE, il est même surévalué de 10 à 15% en Europe. La remontée des taux aura pour conséquence de ralentir le marché.

3)   La tentation d’augmenter les loyers

Si le prix de l’immobilier venait à baisser du fait de la remontée des taux d’intérêt, les bailleurs qui subissent déjà l’inflation pourraient s’appauvrir. Pour compenser, ils augmenteraient les loyers, entraînant une perte de pouvoir d’achat pour les ménages locataires.

4)   Le prix de l’énergie toujours bloqué

Le bouclier tarifaire par le gel du prix réglementé du gaz et de l’électricité a été prolongé jusqu’au 31 décembre 2022 pour soutenir le pouvoir d’achat. Début septembre, le gouvernement a annoncé son intention de prolonger ce bouclier tarifaire en 2023. Le ministre de l’économie assure aussi qu’aucun rattrapage sur les factures ne sera alors effectué. Le gel des tarifs concernent aussi bien les logements individuels que les copropriétés. En complément, les ménages éligibles toucheront leur chèque énergie au printemps prochain. Il s’élève entre 48 et 277€. 

Sur 365euros :  Inflation : quelles répercussions sur les loyers ?

Bon à savoir : Les ménages ayant opté pour un mode de chauffage alternatif comme le poêle à granulés paieront le prix fort. Le tarif des pellets a bondi. Ils s’élèvent à 550 euros la tonne contre 280€ en juillet 2021.

5)   Fin de la remise à la pompe

Depuis le 1er septembre, l’état octroie une ristourne de 30 cts sur le litre du carburant. TotalEnergies offre 20 cts de plus si l’on se sert dans l’une de ses stations. Cette remise sera effective jusqu’au 30 octobre. Elle n’atteindra plus que 10 cts en novembre et en décembre puis les ménages paieront le prix en vigueur à partir du 1er janvier 2023. Ces mesures ne s’appliquent pas au fioul domestique. 

Publié le 5 octobre 2022 par Benoit Bernanque – Dernière modification le 5 octobre 2022